Changement climatique au Burkina Faso : l’UICN prône la prise en compte de la réduction des risques et catastrophes naturels dans les communes riveraines du fleuve Mouhoun

Du 11 au 12 novembre 2021, s’est déroulé à Gaoua un atelier de formation sur l’intégration du changement climatique et la réduction des risques et catastrophes naturels dans les plans communaux de développement (PCD) des communes riveraines du fleuve Mouhoun. L’objectif de cet atelier, c’est de renforcer la résilience des écosystèmes naturels et des communautés locales dans le bassin fluvial de ce cours d’eau qui est l’un des fleuves internationaux qui se jette dans l’océan atlantique. Ont pris part à cette formation organisée par l’Union Internationale pour Conservation de la Nature (UICN), en collaboration l’Agence de l’Eau de Mouhoun (AEM) et la Direction Régionale de l’Economie et de la Planification (DREP),  les maires et conseillers des communes de la région du Sud-Ouest les 11 et 12 novembre 2021.

S’assurer de la bonne santé des ressources naturelles dont dépendent les communautés riveraines des bassins fluviaux auprès des élus locaux est le chantier sur lequel travaillent l’UICN et l’AEM. Cette formation de 48h dans la cité du Bafugui s’inscrit dans le cadre du projet « Partenariat Régional sur l’Eau et l’Environnement (PREE) en Afrique centrale et occidentale », projet financé par l’Agence suédoise de coopération internationale au développement (Asdi). Comme zone géographique, le projet couvre les artères transfrontalières concernées par la gestion des fleuves internationaux.

Pour le chef de programme de l’UICN Dr. Jaques Somda, « En plus de l’intégration du changement climatique et catastrophes naturels, ce projet compte identifier et soutenir des initiatives économiques et de restauration des services écosystémiques pour sécuriser les moyens d’existence des communautés et accroître la résilience du changement climatique des écosystèmes et des communautés qui en dépendent ». Selon lui, l’agenda du développement durable à l’horizon 2030 dans son objectif 13 offre aux pays des opportunités de Plan de Mesure d’Urgence (PMU) pour lutter contre le changement climatique et ses répercussions, l’agenda auquel le Burkina Faso adhère.  C’est pour honorer cet engagement international du Burkina Faso que l’UICN a initié cette formation afin de s’accorder avec les acteurs de la planification de développement local sur les concepts et les outils qui existent pour leur permettre de disposer de compétences pour une intégration efficace et effective des changements climatiques et catastrophes naturels dans leurs guides de développement.

Pour ce qui est de l’intérêt de la formation, le représentant du gouverneur de la région du sud-ouest parrain de la cérémonie, Célestin Traoré estime que c’est une aubaine pour les participants qui doivent tirer le maximum de connaissances afin de booster le développement local, à travers une élaboration de bonne stratégie de lutte contre les effets néfastes du changement climatique.

Selon Hamed Oubda, représentant le Directeur Général de l’Agence de l’Eau de Mouhoun (AEM), ce projet est d’un apport considérable qui vient soulager l’AEM en ce sens que dans la région du Sud-ouest, les comités de gestion de l’eau n’ont pas encore été installés et les participants pourront jouer leurs rôles pour le bonheur des riverains de ce bassin fluvial en entendant leurs installations.

Saâhar-Iyaon Somé Békuoné   

Partager sur 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *